Logo ARS


La qualité de l'air

Le lien entre santé et qualité de l'air est démontré : respirer un air de qualité à l'extérieur comme à l'intérieur est un enjeu de santé. L’essentiel des effets sanitaires de la pollution atmosphérique est lié à la pollution de fond accumulée jour après jour. Toutefois, les pics de pollution ne sont pas à négliger, notamment pour les personnes fragiles.

L’Agence Régionale de Santé, dans ses missions de préservation de la santé publique, participe à l’information du public sur les effets sanitaires de la dégradation de la qualité de l'air, et sur les précautions à prendre.

La qualité de l'air du jour - Carte mise à jour quotidiennement à 17 h

La carte ci-dessous présente l’indice ATMO d'aujourd'hui : 

Seuils d'action

Particules (PM10) (1)

Ozone (O3)

Information du public

(1)

 < 50 µg/m3

 < 180 µg/m3

 

 < 50 µg/m3

 < 180 µg/m3

 

Information

 50 à 80 µg/m3

180 à 240 µg/m3

Diffusion d’informations par les préfectures, l’ARS, etc

Alerte

 > 80 µg/m3

 > 240 µg/m3

Diffusion d’informations par les préfectures, l’ARS, etc.

  (1) sur 2 stations de mesure à minima, et en moyenne sur 24 heures pour les PM10 et 1 heure pour l’ozone

Recommandations en cas de dépassement des seuils d'information et d'alerte

Les pics de pollution apparaissent le plus souvent lorsqu’il ne pleut pas et qu’il n’y a pas de vent, généralement sous la forme de particules fines en suspension dans l’air ou d'ozone.

Les recommandations lors des pics de pollution incitent notamment à limiter les efforts physiques et les volumes d’air inhalés, en particulier pour les personnes sensibles.

Retrouvez, dans les documents à télécharger ci-après, nos recommandations en fonction des seuils d'information et d'alerte, selon que la pollution atmosphérique est due aux particules fines ou à d'autres polluants, essentiellement l'ozone :

Conseils sanitaires en lien avec les niveaux de particules PM10 - seuil d’alerte - Juin 2014 (Pdf 113 Ko)
Conseils sanitaires en lien avec les niveaux de particules PM10 – seuil d’information et de recommandation - Juin 2014 (Pdf 111 Ko)
Conseils sanitaires en lien avec les niveaux d’ozone – seuil d’information et de recommandation  - Juin 2014 (Pdf 108 Ko)
Conseils sanitaires en lien avec les niveaux d’ozone – seuil d’alerte - Juin 2014 (Pdf 109 Ko)
Avis du haut conseil de santé publique (HCSP) de novembre 2013

retour Haut page
Les particules fines peuvent altérer la qualité de l'air

Les activités humaines, notamment les installations de chauffage et les transports routiers, génèrent des particules de taille et de composition diverses à effets pathogènes (problèmes cardiovasculaires, respiratoires, etc.). Les particules fines (2,5 micromètres au plus) représentent l’un des principaux facteurs de risque liés à la pollution de l’air en milieu urbain.

Au niveau national, 27% des émissions de particules fines sont dues à la combustion du bois, du charbon, du fioul, etc. Les transports représentent quant à eux 11% de cette production de particules fines. La France compte 3,5 millions de personnes souffrant d'asthme, les particules fines sont un facteur majorant du nombre et de l’intensité des crises d’asthme et d’allergies. Elles sont également à l'origine d’un grand nombre de décès anticipés.

retour Haut page
La pollution de l'air par l'ozone

Le fort ensoleillement associé à une stagnation de l'air ou à un vent faible, sont propices à la formation de l'ozone. Les conséquences sur la santé varient selon le volume d'air inhalé, le niveau et la durée d'exposition. Plusieurs manifestations peuvent être provoquées : toux, inconfort thoracique, gêne douloureuse en cas d'inspiration profonde, mais aussi essoufflement, irritation nasale, oculaire, et de la gorge.

Les populations particulièrement sensibles à la pollution par l'ozone sont les asthmatiques, les insuffisants respiratoires, les enfants et les personnes âgées. Elles doivent être informées des épisodes de pollution pour pouvoir respecter, à titre individuel, les consignes de prévention délivrées en la circonstance, au côté des mesures collectives.

Retrouvez des informations complémentaires dans les cadres à droite

retour Haut page